OFFRE :

Demandez votre devis pour bénéficier d’un tarif dégressif

Service commercial
Service technique

Réussir vos projets de constructions durables

le
par Archipad
Partager cet article
Immeuble en vert et arbre poussant dessus

L’organisation et l’engagement de la maîtrise d’ouvrage : des conditions déterminantes pour la qualité environnementale d’un projet.

Concevoir et construire autrement est aujourd’hui une nécessité pour faire face aux enjeux urbains, environnementaux et sanitaires de la transition écologique. Désormais, maîtres d’ouvrage, architectes, maîtres d’œuvres et entreprises doivent collaborer pour concevoir et réaliser des bâtiments intelligents qui, à l’échelle d’un quartier, sont capables de gérer leur consommation et parfois même leur production d’énergie, des bâtiments qui évolueront avec les usages et dont les transformations auront été anticipées dès la conception, des bâtiments sobres dont la construction et l’exploitation sont économes en ressources et qui sont en capacité de résister aux futurs aléas climatiques.

Un projet de bâtiment implique obligatoirement un grand nombre d’acteurs différents qui doivent tous se coordonner pour remplir des objectifs environnementaux définis au préalable. La majeure partie des problèmes et des conflits rencontrés dans un projet résulte souvent d’incompréhension des enjeux liés au programme environnemental de la construction. Le maître d’ouvrage doit donc créer une réelle dynamique de projet autour d’objectifs partagés.

La définition d’un programme environnemental cohérent : des objectifs clairs

Rappel : Le maître de l’ouvrage définit dans le programme les objectifs de l’opération et les besoins qu’elle doit satisfaire ainsi que les contraintes et exigences de qualité sociale, urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et économique, d’insertion dans le paysage et de protection de l’environnement, relatives à la réalisation et à l’utilisation de l’ouvrage. » (Article 2 de la loi MOP)

Les objectifs en matière de construction durable peuvent porter sur de multiples points : l’application des obligations réglementaires, la réduction des consommations d’énergie, la qualité de l’exploitation, la maintenance, l’évolutivité, la flexibilité, la pérennité, la simplicité ou la sophistication des installations techniques, la relation entre le coût d’investissement et le niveau de qualité de service sur le long terme, l’ouverture de l’équipement à son environnement social, le recours à des filières locales ou à des entreprises d’insertion, la gestion du chantier, le recours aux nouvelles technologies, la participation au maintien et au développement de la biodiversité, le confort des occupants, etc. Ces objectifs impactent directement les différents acteurs et leur organisation et les étapes du projet. Si tous ces objectifs sont parfaitement légitimes et si chacun d’entre eux est au centre des préoccupations des MAO aujourd’hui, ils peuvent parfois entrer en contradiction les uns avec les autres : le confort des habitants et la performance énergétique, le carbone et l’énergie, les obligations réglementaires et les performances réelles, etc.

Le programme environnemental d’un projet doit donc mettre l’accent sur des éléments essentiels : les objectifs et les priorités en matière de développement durable du bâtiment, le projet d’usage et les données techniques liées. Le MAO doit donc expliciter et communiquer ces objectifs et leur équilibre à l’ensemble des acteurs du projet. Ce programme environnemental devra être mis à jour en fonction de la réalité du projet et des arbitrages rendus. Sans objectifs clairs définis au préalable, le résultat risque de ne pas correspondre aux attentes environnementales attendues.

Plus un programme est simple, clair et cohérent, plus il permet à la maîtrise d’œuvre de travailler efficacement. Le maître d’ouvrage s’assure en outre que les contrats de maîtrise d’œuvre donnent les moyens à leurs titulaires de concevoir durable et que le budget d’investissement est en cohérence avec le niveau de qualité demandé.

Un engagement sur des niveaux de consommation énergétique qui prennent en compte l’usage

L’engagement de performance énergétique contribue à la qualité de construction et de performance des ouvrages et impacte le bilan carbone d’une opération de construction. Cet engagement peut porter sur des températures de confort, sur un nombre d’heures d’indisponibilité ou sur des consommations d’eau…

Prendre un engagement sur des consommations énergétiques réelles, c’est prendre en compte un périmètre, une durée, une période de mise en route et c’est, in fine, définir un contrat entre le mandataire et le MAO avec des objectifs assortis d’un plan de mesure et de vérification. S’engager sur une consommation de chauffage ou de climatisation sur dix ans ne va pas sans risque. Par essence, l’engagement sur les niveaux de consommation repose donc sur une bonne gestion du risque et un transfert de risque raisonnable entre le MAO et le mandataire. Il est toujours préférable de ne faire porter au mandataire que les risques qu’il maîtrise. Le MAO, pour se protéger, doit quant à lui préférer une vérification de l’installation une fois installée car la consommation ne dépendra ensuite que de l’usage. Il existe de nombreuses possibilités de transfert de risques entre le constructeur et le mainteneur, l’enjeu étant pour chacun de porter le moins de risques possibles et donc de trouver le meilleur compromis.

Le périmètre définit le type de consommation sur lequel le mandataire s’engage : recharge des voitures électrique, chauffage, éclairage… Le mandataire s’engage sur un volume de consommation dans un cadre d’hypothèses. On propose donc pour des consommations qui peuvent être impactées par un facteur exogène (météo, occupation…) un mécanisme de réajustement. Classiquement, l’engagement ne débutera qu’à partir de la deuxième saison de chauffe car l’exploitant a besoin d’une saison pour maîtriser le fonctionnement de son bâtiment et pour optimiser ses consommations.

NB : Une fois le bâtiment construit, il faut qu’il soit utilisé tel que cela a été prévu pour que les performances soient optimisées. Les engagements de performance sont associés à des scénarios d’usage qui doivent être suivis car des usages différents ont toujours un impact sur la consommation. Les exploitants seront donc attendus sur des missions de formation et d’accompagnement de l’utilisateur.

La gestion du poids carbone de la construction

La réalisation du bilan carbone d’un projet, soit le calcul de ses émissions à effet de serre, permet de comprendre l’impact du projet en termes de changement climatique et sa sensibilité à une hausse du prix des énergies fossiles. Dans un monde où la contrainte carbone devient de plus en plus forte, cet indicateur chiffré devient essentiel. Des mesures spécifiques doivent donc être mises en place pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre du chantier sur les flux entrant (engins et matériels utilisés sur le chantier, matériaux et produits mis en œuvre), le chantier lui-même (techniques employées, organisation du pré-tri) et les flux sortant du chantier (déchets évacués, nuisances générées vis-à-vis des riverains).

Par ailleurs, la MAO doit prévoir un financement pour une action d’équilibrage carbone volontaire afin d’assurer la neutralité carbone du chantier. Les actions RSE seront valorisées et communiquées auprès de l’ensemble des parties prenantes.

La transformation digitale du secteur de la construction s’inscrit également dans cette démarche d’amélioration continue qui tend vers la haute performance énergétique des bâtiments et la réduction des gaz à effet de serre. Construire digital avant de construire physiquement permet de trouver de nouvelles solutions environnementales abordables et de construire en toute sécurité. Nous reviendrons plus précisément sur ce sujet dans un prochain article.

Photographie : (c) Melinda Nagy

À lire aussi

A découvrir aussi

le
par Archipad
La fonctionnalité SAV améliore l’expérience acquéreurs et promoteurs en simplifiant le suivi des réserves acquéreurs. La fonctionnalité « Service Après-Vente » permet aux nouveaux propriétaires de gén...
le
par Archipad
Nécessaire et préalable à la mise en service d’un bâtiment, l’Assistance aux Opérations de Réception (AOR) garantit la qualité de finition des projets dans le respect des normes et des obligatio...
le
par Archipad
Éthique, porteuse de sens, la mise en place d’une démarche RSE est un outil d’innovation, de dialogue, d’analyse d’expériences, un facteur clé de la performance de votre entreprise. La RSE, Responsabi...
le
par Archipad
Assurer la cohérence spatiale des réseaux techniques : une mission de synthèse cruciale pour le bon déroulement du chantier. Une méconnaissance de la mission de synthèse peut avoir de graves cons...
le
par Archipad
Pour un suivi de chantier toujours plus efficace et collaboratif. Archipad permet désormais de se connecter à l’environnement de données commun (CDE) Mezzoteam. Cette plateforme collaborative ré...
le
par Archipad
Adopter des mesures de protection pour sécuriser vos activités en ligne est aussi important que de porter un casque de sécurité sur le chantier. Les cyberattaques sont devenues un sujet majeur de préo...